jeudi 22 février 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Main-d'œuvre > Affaires

Guide salarial 2024 de Randstad

Le marché du travail «sous le signe de l'équilibre entre bien-être et rémunération»

Les + lus

Photo : Marissa Grootes - Unsplash

03 janv. 2024 03:05

Selon son guide salarial 2024, Randstad Canada estime que cette année «promet une évolution d'envergure sur le marché du travail canadien, où l'équilibre entre bien-être et rémunération se positionne comme une priorité essentielle pour les chercheurs d'emploi».

Selon l'étude de la marque employeur 2023 de Randstad, au moment de choisir un employeur, 76 % des travailleurs accordent désormais de l'importance aux avantages non matériels, notamment la flexibilité des horaires et du lieu de travail, la formation et la reconnaissance, ainsi que les valeurs promues par l'organisation, alors que 79 % jugent qu'une rémunération suffisante est importante dans leur prise de décision.

Également, le télétravail et les horaires flexibles gagnent en importance, constate l'enquiête. Le guide salarial de Randstad Canada révèle aussi que 40 % des répondants seraient susceptibles de quitter leur emploi afin d'améliorer leur conciliation travail-vie personnelle, qui demeure le facteur de démission principal, suivi de près par une rémunération trop faible par rapport à l'augmentation du coût de la vie.

«Cette transition marque un tournant important où le bien-être au travail émerge presque à égalité avec le salaire dans les considérations des employés pour 2023. Les événements des dernières années ont entraîné des changements majeurs sur le marché du travail, et on observe que les employés ne sont pas prêts à perdre les bénéfices obtenus depuis la pandémie, affirme Marie-Pier Bédard, vice-présidente exécutive chez Randstad Canada. C'est une considération qui s'avère d'autant plus fondamentale pour les femmes et les personnes ayant un niveau de scolarité élevé, qui accordent plus d'importance aux avantages non matériels.»

Également, l'étude de Randstad révèle que 23 % des employés canadiens préfèrent être sans emploi plutôt que de travailler pour une entreprise qui ne correspond pas à leurs valeurs personnelles.

Dans un autre ordre d'idées, 32 % des femmes estiment qu'aucun progrès significatif n'a été accompli en termes d'égalité hommes-femmes au travail, tandis que 25 % indiquent que leurs employeurs se contentent de parler de la situation sans prendre d'actions concrètes. De plus, pour 63 % des femmes, l'égalité de chances proclamée ne se reflète pas dans leur vécu professionnel.

Randstad estime donc que «pour attirer et fidéliser les meilleurs talents et surtout, pour être en mesure de répondre aux valeurs et besoins des employés, les employeurs doivent adopter des pratiques qui intègrent les notions de flexibilité, de diversité et d'inclusion, une rémunération équitable, la transparence salariale ainsi que la formation continue».


Les + lus