dimanche 16 juin 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Industries > Affaires

«Privatisation» d'Hydro-Québec

Les employés déplorent «deux nouveaux pas franchis»

Les + lus

Photo : Archives - Gilles Boutin

29 avr. 2024 11:31

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente près de 16 000 employé(e)s d'Hydro-Québec, s'est dit en désaccord quant à deux décisions dans la gestion de l'électricité au Québec.

D'abord, le syndicat déplore que la société d'État «entende abandonner au privé le réseau public de bornes de recharge de véhicules du Circuit électrique».

De plus, il critique la décision d'Hydro-Québec de «privatiser son laboratoire d'essais haute tension de Varennes, accordant au passage un prêt-subvention de 30 M$ au repreneur, Hitachi».

Pour le SCFP, ces deux développements s'inscrivent en ligne droite «dans la volonté du gouvernement de la CAQ de privatiser les services publics d'électricité».

«Après la confirmation de l'abandon de la filière éolienne au privé et du projet de loi du ministre Fitzgibbon qui ferait éclater le monopole d'Hydro-Québec dans la distribution d'électricité, personne n'est surpris par ces deux mauvaises nouvelles. Il est clair que, mois après mois, le gouvernement Legault passe lentement mais sûrement le rouleau compresseur sur un pan emblématique de la Révolution tranquille. C'est essentiellement pour offrir des cadeaux monumentaux à des multinationales, envers et contre les intérêts du Québec», a lancé Patrick Gloutney, président du SCFP-Québec.


Les + lus