jeudi 22 février 2024
Votre Journal. Votre allié local.
Matières résiduelles

La plateforme de compostage inaugurée

Les + lus

La plateforme de compostage a officiellement été inaugurée le 22 septembre. Photos : Mélanie Labrecque

27 sept. 2023 08:24

La MRC de Lotbinière a procédé, le 22 septembre dernier, à l’inauguration officielle de sa plateforme de compostage. L’infrastructure construite au coût de 4,5 M$ accueille les matières putrescibles des citoyens de la MRC de Lotbinière depuis novembre 2022.

«Après quelques années de travail, quelques délais gouvernementaux et une pandémie, nous y voilà», a souligné le préfet de la MRC de Lotbinière, Daniel Turcotte, qui se réjouit de la concrétisation du projet. Ce dernier ajoute que les objectifs de récupération fixés avant l’ouverture ont déjà été atteints.

Depuis la mise en place de la collecte des matières compostables, la MRC de Lotbinière détourne en moyenne plus de 3 200 tonnes par année du site d’enfouissement. Cette année, ce seront environ 3 500 tonnes qui seront revalorisées. Et il y a de la place pour une augmentation. La capacité maximale de la plateforme est de 6 000 tonnes.

L’impact est significatif puisque le ratio est de pratiquement un pour un.

«On revient au tonnage de 1998, à l’ouverture du site d’enfouissement, mais avec une population de 10 000 habitants de plus. Quand on le met en quantité, c’est 15 % de moins qui va à l’enfouissement», a illustré le coordonnateur à l’environnement de la MRC de Lotbinière, Stéphane Breton.

En plus de prolonger la durée de vie du site d’enfouissement, la MRC fait des économies. Alors qu’il en coûte de 70 $ à 75 $ pour disposer d’une tonne de compost, la même tonne de déchet en coûte jusqu’à 145 $.

Enfin, la MRC avait commencé à planifier la troisième voie dès 2008 en mettant de l’argent de côté. Couplé à une subvention de Québec et aux redevances gouvernementales pour les matières détournées de l’enfouissement, la construction de l’installation s’est faite à coût nul.

Surprises hétéroclites

En mai dernier, le Peuple Lotbinière faisait état que plusieurs «trouvailles» avaient été faites à l’intérieur des matières compostables. Tentes, couches pleines, meubles de jardin, bouteilles de plastique, canettes d’aluminium, filet et autres déchets étaient régulièrement trouvés.

«Si vous ne voulez pas participer, ne nuisez pas à l’effort collectif. Au bout du compte, c’est un humain qui doit enlever [ces déchets]», a soutenu Stéphane Breton. Toutefois, la situation s’est améliorée de beaucoup, a-t-il poursuivi.

Malgré tout, on retrouve encore des matières qui ne devraient pas y être. Vêtements, matériaux de construction, verre, jouets de plastique, siège d’appoint pour enfant et même les sacs mauves destinés à la collecte sélective de la ville de Québec. Ces sacs ne sont pas compostables, insiste M. Breton. Leur composition ressemble à celle des plastiques agricoles. À Québec, une fois que les sacs ont été retirés des déchets et vidés à l’usine de biométhanisation, ils sont envoyés à l’incinérateur.

M. Breton rappelle que tous les contaminants qui se retrouvent dans le produit final risquent de diminuer la qualité du produit et même dans certains cas, de blesser les utilisateurs (clous, verre).

Les + lus