mardi 25 juin 2024
Votre Journal. Votre allié local.
MasterChef Québec

Une masterchef de Sainte-Croix

Les + lus

Sandra Plourde, 34 ans, de Sainte-Croix est de la première cuvée Masterchef Québec. Photo : Bertrand Exertier

24 janv. 2024 08:37

La première cuvée de Masterchef Québec est maintenant connue au terme de la semaine d’audition qui s’est déroulée du 8 au 11 janvier dernier. Parmi les 16 participants qui ont reçu le mythique tablier blanc, on retrouve Sandra Plourde, 34 ans, de Sainte-Croix.

Brièvement montrée pendant les auditions, la cheffe d’équipe en inspection alimentaire a cassé la glace en étant du premier duo à se présenter devant les juges. Son tataki de bœuf à l’ail noir a impressionné Martin Picard et Stefano Faita.

«C’est un défi qui s’est très bien passé, Martin Picard m’a mentionné qu’il m’avait «vu travailler comme une première de classe». J’ai aussi reçu de bons commentaires sur ma présentation et ma mise en place», a-t-elle décrit. 

 Première semaine haute en saveurs

 Pour le premier défi de l’aventure, la boîte mystère renfermait, entre autres, du porc, du bacon, des tomates, une courgette, une patate douce, du chocolat et du beurre d’arachide. «Tous les 16 nous étions dans le même état. Nous étions stressés devant l’inconnu», raconte Mme Plourde.

D’ailleurs, elle souligne que ce n’était pas sa meilleure performance de la compétition. «C’était ma pire boîte mystère», a-t-elle ajouté. Les défis des boîtes mystères ne sont pas éliminatoires, mais donnent un avantage au participant qui le gagne.

Le second défi l’a amenée à cuisiner des épinards qu’elle a présentés aux juges, mais aussi à la juge invitée, Josée Di Stasio. Sa déclinaison d’épinard lui a permis d’éviter le premier défi d’élimination de la semaine et de recevoir les éloges de Martin Picard.

 Expérience forte en émotions

 Bien que l’expérience soit passionnante, se trouver dans la cuisine Masterchef est beaucoup plus difficile et stressant qu’il n’y paraît. «C’est quelque chose de difficile physiquement, mentalement et émotionnellement», a-t-elle résumé.

Mme Plourde rappelle que les candidats sont entourés de caméras, doivent cuisiner un plat en un temps donné, sous pression, dans un environnement étranger et avec des appareils qu’ils ne connaissent pas ou peu tout en répondant aux questions des juges.

 Grand intérêt pour la cuisine

 «J’ai toujours aimé cuisiner. C’est une passion pour moi depuis très longtemps. Puis, mes amis m’ont encouragée à mettre mes photos d’assiettes sur les médias sociaux. J’ai créé une page pour publier mes photos de recettes et j’ai commencé à me faire approcher par des producteurs pour faire des collaborations mettant leurs produits en vedette. Tranquillement, je suis devenue influenceuse culinaire. C’est ce qui m’a amené à pousser mes présentations, mes recettes…», a raconté Mme Plourde.

Pour se préparer à la compétition, ses amis lui ont même confectionné quelques défis. «Ils m’ont fait des boîtes mystères. Ils m’ont fait des thématiques avec plusieurs aliments qui n’allaient pas ensemble et des contraintes de temps. Parfois, je devais même utiliser tout ce qu’il y avait dans la boîte», a-t-elle indiqué, ajoutant qu’elle a pris plaisir à relever les défis préparés par son entourage.

Les + lus