dimanche 16 juin 2024
Votre Journal. Votre allié local.
Domaine du Radar

Richard St-Laurent voit grand pour le Domaine du Radar

Les + lus

28 nov. 2017 03:38

Le visage du Domaine du Radar pourrait changer radicalement au cours des prochaines années.

C’est que le propriétaire, Richard St-Laurent, a dans ses cartons un projet de développement en trois phases évalué à près de 5 M$.

La première étape de ce projet est la création du spectacle Lumens Militar. La firme Dufour Maison de création s’affaire à compléter l’étude de faisabilité et conceptuelle. M. St-Laurent a reçu un coup de pouce de plus de 13 000$ de la MRC de Lotbinière pour sa réalisation. «Je suis content et je ressens beaucoup de fierté. Cette aide de la MRC apporte de la crédibilité au projet.»

«C’est un gros projet. Nous allons utiliser le bunker pour la présentation d’un spectacle multimédia, en soirée, avec éclairages et projections. Il va traiter de l’époque de la guerre froide. Ce sera un peu dans le même genre de ce qu’on retrouve à Coaticook avec Foresta Lumina», a illustré M. St-Laurent. Malgré le côté militaire de cette présentation, il affirme qu'elle s'adressera à toute la famille.

L’ampleur du spectacle sera suffisamment importante, a-t-il expliqué, que les soirs où le ciel est dégagé, certains éléments pourraient être observés de Québec. La concrétisation de ce projet dépend toutefois de l’aide financière qu’il pourra obtenir de Tourisme Québec. Une demande de subvention devrait être déposée en décembre.

«Nous avons de bons sons de cloche, a-t-il souligné. Les deux autres axes de développement sont majeurs et Tourisme Québec veut privilégier de plus en plus Lotbinière. La région est une grande oubliée et je revendique toujours le fait qu’il n’y a pas seulement Charlevoix où l’on peut investir.» Si la réponse est positive, les travaux d’aménagement débuteraient à l’été 2018.

Les phases deux et trois du projet offriront quelque chose d’unique au Québec. «Nos plus proches concurrents sont en Colombie-Britannique et au Montana. C’est nouveau. Ça n’existe pas. Ce ne sera pas du copier-coller de ce qu’on fait ailleurs.»

Depuis qu’il a acquis la montagne, il y a sept ans, il a investi temps et argent dans la construction et la mise sur pied de ce qu’il qualifie de «pôle touristique majeur. Les gens qui se présentent à Saint-Sylvestre sont de partout. L’année passée, ce sont 50 000 personnes qui sont venues chez nous. Avec toute cette expérience cumulée, Tourisme Québec nous prend plus au sérieux.»

Richard St-Laurent n’a pas encore compilé les chiffres d’affluence de l’été dernier, mais il estime qu’il s’agit d’un été record avec une augmentation, «à tous les niveaux», de 30% de la clientèle. 

Les + lus