samedi 13 juillet 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Éducation > Actualités

Réussite scolaire

Tous les élèves doivent avoir accès aux projets particuliers, plaide QS

Les + lus

Photo : Archives - Gilles Boutin

29 mai 2024 09:01

La responsable de Québec solidaire (QS) en matière d'éducation Ruba Ghazal, a fait une sortie, le 29 mai, pour demander au ministre de l'Éducation, Bernard Drainville, de rendre les projets particuliers accessibles universellement «en mettant fin à la sélection basée sur les notes, le comportement, ou l'argent».

«Avoir une moins bonne éducation parce que nos parents sont moins riches, ou parce que nos notes sont moins fortes, c'est insensé, mais c'est la réalité que la CAQ accepte. Être inscrit dans une concentration en science ou en musique par exemple, ça motive nos jeunes et ça stimule la réussite scolaire. L'égalité des chances a longtemps fait la fierté du Québec, si on veut que ça continue, il faut que tous les élèves qui veulent s'inscrire à un projet particulier y aient accès», a argué Ruba Ghazal.

Du même souffle, l'élue solidaire a rappelé que selon un sondage effectué en février 2023 auprès de la Fédération des comités de parents du Québec, la proposition de rendre les projets particuliers accessibles à tous les élèves reçoit un appui favorable de 89 % des membres.

Également, Ruba Ghazal a cité en exemple le Centre de services scolaire des Chênes, à Drummondville. Après avoir constaté un écart du taux de réussite pouvant aller jusqu'à 28% entre les élèves du régulier et des programmes particuliers, cette organisation a décidé de rendre les programmes particuliers accessibles à l'ensemble des élèves sans sélection, notamment en ajoutant une cinquième période.

«L'exemple de Drummondville démontre qu'il est possible de faire disparaître les critères de sélection pour offrir un enseignement de qualité à tous les enfants, peu importe leurs notes ou le portefeuille de leurs parents. Les programmes particuliers, ça fonctionne. C'est bon pour la réussite scolaire des jeunes et c'est injuste d'en limiter l'accès», a conclu Mme Ghazal.


Les + lus