mardi 25 juin 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Communauté > Actualités

Démographie

Population en croissance

Les + lus

Photo: Josh Howard - Unsplash

11 juin 2024 10:11

La population de Chaudière-Appalaches, tout comme celle de la MRC de Lotbinière, poursuit son augmentation. Selon les plus récentes données compilées par l’Institut de la Statistique du Québec (ISQ), elle est estimée à 448 700 personnes et celle de la MRC à 36 510, au 1er juillet 2023.

Entre le 1er juillet 2022 et le 1er juillet 2023, la MRC de Lotbinière a gagné près de 1 000 citoyens alors que la population est passée de 35 616 à 36 510.

En Chaudière-Appalaches, elle était de 441 397 au 1er juillet 2022 et de 448 700 en 2023. «Entre 2022 et 2023, elle a crû à un taux de 16,3 pour mille selon les données provisoires. Le rythme de la croissance tend à s’y accélérer depuis quelques années, de sorte que l’augmentation de population de 2022-2023 est la plus forte enregistrée dans la région depuis que les données sont disponibles, soit depuis 1986-1987», peut-on lire dans le rapport publié par l’ISQ.

Malgré cette croissance, la Chaudière-Appalaches a une population plus âgée que l’ensemble de la province. Les 65 ans et plus constituent 23,8 % de la population, ce qui est moins que les moins de 20 ans (21,3 %). S’ajoute aussi un accroissement naturel négatif de - 353 personnes. Ainsi, le nombre de décès surpasse les naissances.

Toutefois, la région gagne au change lorsqu’il s’agit de migrations interrégionales, alors que 2 153 personnes ont quitté leur région pour venir s’établir en Chaudière-Appalaches.

Aussi, elle est gagnante sur les migrations interprovinciales et internationales. «Les migrations internationales et interprovinciales ont engendré des gains totaux de 5 318 personnes pour Chaudière-Appalaches en 2022-2023. Ce solde migratoire externe est, de loin, le plus élevé jamais enregistré dans la région. Cette situation résulte d’une hausse marquée du solde migratoire international, et avant tout d’une croissance record du nombre de résidents non permanents.»

Ces gains étaient trois fois plus importants que ceux liés à l’immigration permanente.

Les + lus