dimanche 16 juin 2024
Votre Journal. Votre allié local.
Hydro-Québec

Un plan d'action craint par les PME

Les + lus

Photo : Archives - Gilles Boutin

21 mai 2024 07:28

Selon l'une des études, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) prévoit que les investissements massifs du plan d'action 2035 d'Hydro-Québec auront comme impact «d'augmenter la facture d'électricité de 247 %» des PME.

Pour en arriver à ce constat, la FCEI estime  que le plan d'Hydro-Québec entraînera des hausses tarifaires moyennes de 5,7 % pour l'ensemble des consommateurs sur la période 2025-2035. Comme le gouvernement du Québec limite actuellement à 3 % les augmentations annuelles pour les tarifs résidentiels et «que les grands industriels n'ont pas à supporter leur part de l'inflation de l'électricité patrimoniale, tout indique que le coût à payer tombera dans la cour des PME, engendrant ainsi des hausses tarifaires moyennes de 8,6 % pour celles-ci entre 2025 et 2035».

«Les PME se retrouvent à supporter un fardeau disproportionné alors qu'elles sont sous haute tension. Non seulement elles sont encore affaiblies par leur endettement en raison de la pandémie, mais l'année 2023 a été très rude, les frappant de tous côtés par des augmentations de coûts. Ce nouveau choc tarifaire de 247 % sur une période de 10 ans va créer un désavantage compétitif pour les PME, et va limiter leur capacité à investir, à innover, et à rivaliser avec les grands acteurs industriels», a martelé François Vincent, vice-président pour le Québec à la FCEI.

Pour éviter ce scénario, le regroupement réclame qu'Hydro-Québec soit de nouveau soumis à un «examen annuel rigoureux» par la Régie de l'énergie. D'ailleurs, la FCEI argue qu'environ 85 % des propriétaires de PME et 71 % de la population du Québec appuient le retour annuel d'Hydro-Québec sous la surveillance annuelle de la Régie de l'énergie.

«Le Québec est à un tournant majeur. C'est d'autant plus important de bâtir des fondations solides pour assurer notre futur énergétique et économique. Ce n'est certainement pas en coupant les coins ronds et en acheminant toute la facture à nos PME qu'on va y arriver. J'invite le ministre de l'Énergie à intégrer trois actions névralgiques pour assurer l'adoption d'un plan gagnant : réhabiliter pleinement la Régie de l'énergie, réduire l'interfinancement (NDLR : mesure qui permet aux Québécois «de payer des tarifs relativement abordables, peu importe l'endroit où ils et elles habitent et le coût pour Hydro-Québec de leur acheminer l'électricité».et améliorer la générosité des programmes d'économie d'énergie. Nous avons besoin des PME pour construire le Québec de demain, assurons-nous de les propulser et non pas de les électrocuter», a imagé François Vincent.

Les + lus