jeudi 22 février 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Éducation > Actualités

Plan de rattrapage scolaire

Des travailleurs de l'éducation ne partagent pas l'enthousiasme de Drainville

Les + lus

Photo : Archives - Charles Leblanc

07 févr. 2024 10:23

Alors que le ministre de l'Éducation et député de Lévis, Bernard Drainville, se réjouissait du premier bilan des efforts consentis pour aider les élèves à rattraper leur retard provoqué par les grèves des enseignants cet automne, la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) est moins dithyrambique.

Le syndicat soutient qu'un sondage mené auprès de ses membres démontre qu'«il y a 65 % des répondants qui n'ont pas été consultés pour participer au plan de rattrapage».

«De ce nombre, quatre répondants sur dix sont intéressés à y participer, mais ne peuvent le faire, car cela ne leur a pas été offert. Les chiffres que le ministre avance ne semblent pas concorder avec les échos que nous avons sur le terrain», a déploré Éric Pronovost, président de la FPSS-CSQ.

Selon le syndicat, parmi les répondants qui ne participent pas au plan de rattrapage, il y a trois personnes sur quatre qui sont disponibles d'une à cinq heures par semaine.

«Au niveau des services directs aux élèves, nous avons trois personnes sur quatre qui travaillent à temps partiel et qui sont disponibles. Elles connaissent les élèves et peuvent agir rapidement. Il faut que les gestionnaires scolaires développent le réflexe de compter sur l'appui du personnel de soutien scolaire pour atteindre les objectifs», a argué M. Pronovost.

Du même souffle, le président de la FPSS-CSQ a rappelé que ses membres oeuvrent également dans le volet d'aide psychosociale, aspect «aussi important» dans la réussite éducative des élèves.


Les + lus