mardi 23 avril 2024
Votre Journal. Votre allié local.
Bureaucratie

Des PME échappent des aides financières, «faute de temps»

Les + lus

Photo : Dimitri Karastelev - Unsplash

24 janv. 2024 08:46

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendance (FCEI) a publié un rapport de sondage, le 22 janvier, faisant l'état des lieux de l'utilisation de ces crédits d'impôt par les PME québécoises. Selon l'organisation, ce dernier révèle est que seulement 30 % des propriétaires de PME ont une connaissance générale des crédits d'impôt mis en place par le gouvernement du Québec pour les aider.

Également, pour la moitié des PME, c'est le dirigeant de l'entreprise qui recueille les renseignements et présente les demandes de crédits d'impôt, conclut la FCEI après avoir étudié les résultats du sondage. Pour 3 PME sur 5, une entreprise externe offre une expertise et un appui et seulement 15 % des PME peuvent avoir un employé dédié à cette tâche. 

«On se retrouve ici dans un cercle vicieux : plus les petites entreprises manquent d'employés, moins leur dirigeant n'a de temps pour éplucher l'aide gouvernementale, car il est mobilisé sur le plancher à éteindre des feux. Notre sondage confirme que l'aide du gouvernement du Québec visant les PME frappe le mur de la pénurie de main-d'œuvre», a argué François Vincent, vice-président pour le Québec à la FCEI.

De plus, la FCEI déplore qu'une forte majorité des répondants à son sondage ne connaissent les crédits d'impôt visant à aider les entreprises à lutter contre la pénurie de main-d'œuvre.

Lorsque questionnés sur les obstacles à l'obtention des crédits d'impôt, les dirigeants de PME interrogés par la FCEI citent en premier lieu (43 %) la complexité des documents exigés et la paperasserie que cela entraîne. Viennent ensuite le manque de temps (31 %), la difficulté à trouver des renseignements (28 %) et l'insuffisance des informations disponibles (24 %).

Améliorer la communication

Pour renverser la vapeur, 61 % des entrepreneurs interrogés estiment qu'il faut accélérer et simplifier le processus de demande pour leur faire gagner du temps, 56 % d'entre eux demandent au gouvernement de prioriser des mesures de communication avec eux pour les informer des crédits d'impôt offerts et 52 % des répondants estiment que Québec doit améliorer les modes de communication de l'information.

«Il est possible d'améliorer la situation et c'est à la portée du gouvernement du Québec. Il est temps d'engager une vaste campagne de sensibilisation auprès des PME pour faire atterrir les programmes gouvernementaux. Les ministères et les agences clés, comme Revenu Québec et le ministère de l'Emploi, peuvent certainement être mis à contribution. Aussi, l'allégement et la simplification réglementaire offriront du temps aux entreprises. Il y a clairement du travail à faire sur le dossier qui devrait être hautement prioritaire sachant la situation fragile des PME du Québec. Elles ont besoin de toute l'aide disponible. Le prochain budget du Québec peut marquer le début d'une telle offensive», a martelé François Vincent.

Notons finalement que la FCEI en est arrivée à ces conclusions à la suite du sondage Votre voix en ligne, mené du 7 au 19 décembre auprès de 288 de ses membres québécois. À titre de comparaison, un échantillon probabiliste avec le même nombre de répondants aurait une marge d'erreur de +/-5,8 %, 19 fois sur 20.

Les + lus