Johanne Blanchet (à gauche) et Julie Bureau travaillent au Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

SANTÉ. Plus de 130 personnes se sont rassemblées à Laurier-Station, le 6 février, pour en apprendre plus sur la Loi concernant les soins de fin de vie. Bien qu’elle ait été adoptée il y a un peu plus de deux ans, les questions et inquiétudes à propos de son application sont encore nombreuses.

La Loi concernant les soins de vie n’encadre pas seulement l’aide médicale à mourir. Elle définit toutes les règles entourant les soins palliatifs et de fin de vie. La conférence a permis, entre autres, de différencier les soins palliatifs des soins de fin de vie, de faire le point sur les droits d’une personne en fin de vie, d’expliquer ce que sont les directives médicales anticipées, la sédation palliative continue et finalement l’aide médicale à mourir.

«Tout doit se faire dans le respect de ce que la personne veut. Elle a des droits et des libertés. Elle a le droit d’être traitée avec compréhension, compassion, courtoisie et équité. Elle a le droit de recevoir des soins de fin de vie, de les refuser ou de les arrêter et d’être représentée», a mentionné Johanne Blanchet, chef de programme aux soins à domicile au Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches.

Aide médicale à mourir

Johanne Blanchet et son équipe ont expliqué aux personnes présentes que les professionnels de la santé doivent fournir les informations nécessaires sur l’aide médicale à mourir. S’ils ne peuvent pas ou ne veulent pas, ils doivent les référer à quelqu’un qui le peut.

Elles ont aussi énuméré les critères d’admissibilité et la procédure à suivre par les professionnels de la santé. De plus, ils doivent s’assurer qu’il n’y a pas d’autres moyens de soulager les souffrances avant de donner son aval à l’aide médicale à mourir.

Seul le malade peut en faire la demande, ont-elles rappelé. «La personne doit conserver son aptitude à consentir jusqu’à la fin. Si elle est inconsciente ou incapable de répondre, le médecin ne pourra pas continuer. Dans ce cas, nous poursuivrons les soins palliatifs», a expliqué l’assistante de Mme Blanchet, Julie Bureau. L’aide médicale à mourir, a-t-elle ajouté, permet à ces gens d’éviter la douleur ou la détresse qui découlerait de la détérioration de leur état de santé.

Si l’aide médicale à mourir a déjà été accordée à des malades de Chaudière-Appalaches, Mme Blanchet, pour des raisons de confidentialité, ne peut pas dire combien l’ont reçu. «On connaît les façons de faire. On est en train de former le personnel pour être en mesure d’intervenir. On prépare nos gens», a-t-elle assuré. 

D’un autre côté, plusieurs personnes ont présenté le cas de proches atteints d’une maladie dégénérative. «Les gens ont peur de l’aide médicale à mourir, surtout par rapport à la démence. Ils souhaiteraient avoir plus de latitude dans ces cas-là», a indiqué Johanne Blanchet. Pour l’instant, la Loi ne permet pas à des proches de faire une demande d’aide médicale à mourir pour ces gens, a ajouté Julie Bureau.

La conférence sera présentée de nouveau le 25 avril au Centre multifonctionnel de Saint-Apollinaire, à 19h.

 

 

 

 

 

Les plus lus

COVID-19 : les cas repartent à la hausse et un autre décès est enregistré en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. La pandémie a fait un retour en force en Chaudière-Appalaches lors de la journée d'hier. Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) sur la situation, 94 nouveaux cas ont été découverts dans la région mardi. De plus, une personne demeurant en Chaudière-Appalaches a succombé des suites d'une infection au coronavirus.

Présente depuis un demi-siècle pour son employeur

TRAVAIL. Le 20 novembre prochain sera une journée bien spéciale pour Odette Castonguay, une employée de Cercueils Bernier. En effet, cette journée marquera le 50e anniversaire de la première journée de travail de la femme de 67 ans au sein de l’entreprise de Saint-Édouard-de-Lotbinière.

COVID-19 : le nombre de nouveaux cas explose en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Selon les plus récentes données publiées par le gouvernement provincial sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 dans la province, la Chaudière-Appalaches a enregistré hier une hausse marquée des nouveaux cas. En effet, 125 résidents de la région ont appris vendredi qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : un décès de plus en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Selon les plus récentes données des 24 dernières heures concernant la situation de la COVID-19 en Chaudière-Appalaches, 60 nouveaux cas ont été recensés et 1 nouveau décès s'est ajouté au compteur, ce 19 novembre.

COVID-19 : 690 cas actifs en Chaudière-Appalaches

La région de la Chaudière-Appalaches a enregistré deux nouveaux décès reliés à la COVID-19 au cours des dernières 24 heures, ce 16 novembre. Également, 57 nouvelles personnes ont contracté la maladie sur le territoire du Centre intégré de santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches.

L’auto-inspection des avertisseurs de fumée implantée cette année

SÉCURITÉ. La MRC de Lotbinière déploiera au cours des prochaines semaines son système d’auto-inspection en prévention des incendies. L’objectif est de rejoindre l’ensemble des adresses de la MRC de Lotbinière d’ici cinq ans.

Québec envisage de permettre les rencontres individuelles

Le gouvernement va regarder la possibilité de permettre les rencontres individuelles entre personne, a annoncé le premier ministre québécois, ce 5 novembre en conférence de presse.

COVID-19 : baisse importante des nouveaux cas, mais un décès supplémentaire dans la région

SANTÉ. Alors que 125 nouveaux cas de COVID-19 avaient été découverts en Chaudière-Appalaches vendredi, la journée d'hier a permis à la région d'enregistrer une baisse importante à ce chapitre alors que seulement 38 nouveaux cas d'infection ont été confirmés dans la région. Cependant, comme hier, les autorités ont confirmé qu'un autre résident de la Chaudière-Appalaches a dernièrement succombé de l...

COVID-19 : 54 nouveaux cas et 55 cas rétablis en Chaudière-Appalaches

Selon les données des dernières 24 heures concernant la COVID-19, 54 nouveaux cas infectés par le coronavirus ont été recensés en Chaudière-Appalaches tandis que 55 résidents de la région sont rétablis de la maladie, ce 21 novembre.

COVID-19 : cinq décès enregistrés en Chaudière-Appalaches et la hausse des cas rétablis se poursuit

Selon les données provinciales des 24 dernières heures concernant la situation de la COVID-19, cinq décès se sont ajoutés au bilan ainsi que 59 nouveaux cas infectés ont été recensés en Chaudière-Appalaches, ce 22 novembre. Par contre, 69 résidents supplémentaires du territoire sont guéris de la maladie.